Une victoire pour rugir de nouveau !

Samedi 3 novembre, les Girondins de Bordeaux se déplacent à Lyon pour tenter d’y faire un résultat. Performance possible ou réelle folie ? LYON-BORDEAUX-LEERO-TW.jpg

C’est un fait, les Girondins n’y arrivent pas. Malgré de belles intentions dans le jeu et des occasions à n’en plus finir, les Marines et Blancs n’ont pas réussi à marquer face à Nice, la semaine passée, pourtant largement à leur portée.

Dommage, tant l’opportunité tant comptable que sportive paraissait grande. Comme souvent, c’est dos au mur que les Girondins se réalisent le mieux. Face à Angers, les Gones n’ont pas rassuré et les divergences dans le vestiaires existent. Mais les individualités, au contraire de Bordeaux, permettent de maintenir une dynamique de résultat à l’image des Memphis, Dembélé ou Ndombélé.

L’année dernière, le déplacement des Bordelais au Stade des Lumières avait été l’une des rares satisfactions de la saison sans compter que les Girondins ne comptent qu’une défaite à Lyon sur les cinq dernières années. Le réveil tant attendu se fera-t-il du côté du Rhône ?

Pour ce faire, on attend la titularisation indispensable de Cornelius en pointe, qui devrait marquer tant le géant danois harangue les défenseurs adverses de son physique imposant et de ses courses sans ballon. Avec un Otavio sûrement précieux dans les interceptions de balles, là où justement les Lyonnais pêchent, la mayonnaise devrait prendre pour entrevoir une victoire.

Soufflons sur les braises du bel état d’esprit des deux derniers matchs pour créer la surprise de cette journée de Ligue 1.

Publicités

Les Girondins n’y arrivent pas

Dimanche 28 octobre à 17 heures, les Girondins de Bordeaux ont livré une prestation sérieuse mais une fois encore le résultat n’est pas au rendez-vous. Inefficacité offensive, mauvais choix de composition et coaching surprenant, les Girondins de Bordeaux patinent et l’écart se creuse au classement. 

BORDEAUX-NICE-LEERO-FB (1)

C’est une semaine cauchemar pour les Girondins de Bordeaux. Malgré la nomination de Frédéric Longuépée à la tête des Girondins de Bordeaux, force est de constater que la situation comptable des Bordelais s’enlise de plus en plus.

Pratiquement éliminés de l’Europa Ligue sauf intervention divine, distancés des places européennes. Est-ce le départ de l’habituelle crise sportive d’automne ? Cela y ressemble mais paradoxalement, dans le jeu, les joueurs ont montré de l’envie, croyant jusqu’au bout à une égalisation.

Alexy Bosetti, notre invité dominical nous avait averti du talent des aiglons mais aussi de leur fébrilité passagère. Il faut croire que Bordeaux aime ranimer les bêtes blessées…

En première mi-temps, les Marines et Blancs tournent au ralenti. Jean-Pierre Papin, consultant sur BeIn Sport rappelle que les équipes européennes émettent toujours des difficultés en première mi-temps, à se mettre dans le match. Les Niçois en profitent mais Kalu vendange…beaucoup trop. Trois occasions à côté du cadre ou dans les gants du gardien.

La deuxième mi-temps paradoxalement est celle du but niçois mais aussi celle du regain des Bordelais. Les rentrées de Cornelius et de Karamoh ont fait un bien fou et donné énormément de profondeur et d’appui à l’attaque girondine qui a réellement mis l’équipe adverse sous l’eau pendant 30 minutes malgré les malices pour couper le jeu.

Pablo tient la baraque derrière, et nous offre même quelque gestes offensifs de grande classe, Koundé est toujours fébrile, à quand une nouvelle prestation de Jovanovic terriblement intéressant contre Nantes ?

La titularisation de Cornelius devient obligatoire tend son physique et sa qualité sur les premiers ballons est indispensable. Jimmy Briand en joker ? Pourquoi pas ou alors un 4-4-2 avec le géant Danois.

Il y a énormément de regrets après ce match (0-1) largement à portée des Girondins de Bordeaux. La physionomie ressemble à celle du Zenit Saint Petersbourg mais une fois encore, le bilan comptable est mauvais. Il est temps de se remettre en marche.

Notes bdx Nice

Bordeaux-Nice : enfin des buts ?

Dimanche 28 octobre à 17 heures, les Girondins de Bordeaux recevront l’OGC Nice pour tenter d’accrocher le wagon des premières places. Les aiglons voudront quant à eux, montrer meilleur visage que ces dernières semaines. 

BORDEAUX-NICE-LEERO-FB (1)

Il est vrai les Marines et Blancs sont revenus de Russie les poches vides de point mais forts d’une prestation intéressante, affublée de percées et séquences intéressantes. Durant ces quelque jours, Ricardo aura sûrement su parler à ses défenseurs afin de retrouver la bonne assise défensive des matchs précédents. Une autre donnée et non des moindres du côté de la Gironde, la nouvelle convocation de Pablo Castro avec la Seleçao pour le mois de novembre. Un bol de confiance énorme pour le Brésilien, indésirable, il y a encore quelque mois…

Du côté Niçois, les incertitudes sont nombreuses avec les absences de Herelle, Atal, Lees-Melou et peut-être Balotelli qui a du mal à retrouver son rythme des saisons passées. Dans le jeu, Allan Saint-Maximin croque les espaces mais aussi la feuille de match.

Malgré les trois 0-0 successifs au Matmut Atlantique, un résultat positif devrait être à portée pour les Girondins qui devrait voir revenir Cornelius, très important dans son rôle de pivot et Kamano, l’homme fort du côté bordelais, auteur de 7 buts, déjà.

Cornelius buteur ? Il le mérite et une équipe en mal de confiance devrait être l’oiseau idéal pour le Danois encensé par Michael Lumb, interviewé cette semaine sur leerosportnews. 

Les Girondins loin du Zenith

Hier soir, les Girondins de Bordeaux se sont inclinés 2-1 sur la pelouse du Zenit Saint Petersbourg pour la 3ème journée d’Europa Ligue 2018-2019. Logique ? Pas tant que ça.

Zen-Bor_Leero_FB

Jeudi soir,  pour les supporteurs bordelais, ce n’est plus le son de la Ligue des Champions qui résonne mais sa petite soeur, l’Europa Ligue. Longtemps distancés dans la qualification l’année dernière, les Marines et Blancs ont su sublimer leur fin de championnat pour une nouvelle fois donner de la joie en Gironde.

Michael Lumb, arrière gauche international danois, nous avait averti de ces ambiances particulières russes et de ce club à la grande aura au pays des tsars. Les Girondins étaient prévenus et …ils ont relevé le challenge en ce mettant au niveau. 

En Russie, les Bordelais amènent de la folie devant avec Kalu, Kamanoh et Briand. Certes, Cornelius aurait pu faire du bien devant, avec son physique de déménageur. Certes, derrière Costil stoppe un penalty et Otavio court partout. Une égalité, c’était le minimum. Un point, c’était le rêve inespéré des supporteurs qui ont retenu leur souffle durant les quinze dernières minutes. Finalement, sur une erreur de Koundé, comme symbole de ce paradoxe, Kuzyayev ne se pose pas de question et assassine Costil d’un missile à bout portant après une chevauchée meurtrière.

Zéro, c’est le nombre de point au classement. Il y a du mieux dans cet effectif depuis le retour d’Otavio, c’est indéniable. Aussi, les effets de la méthode Ricardo commencent à prendre forme. Cependant, c’est factuel, Bordeaux descend au classement UEFA, encore. Loin de son standing d’antan, loin de 2009. Dix ans déjà que cette soupe tiède doit tenir au ventre, faute de mieux. Espérons que Joe Da Grosa et son futur staff soient inspirés tant en coulisse que sur scène.

classement Europa League 26 10

Venez faire votre mercato