Girondins – Olympique de Marseille : Le mur de l’Atlantique

Dans une soirée de gala où les ultras nous ont régalé, les Girondins ont su être à la hauteur de l’évènement pour faire perdurer l’histoire, celle d’un grand club. Bordeaux sort largement vainqueur (2-0) face à des Marseillais parfois apathiques presque écoeurés. Du petit lait. 

Une défense imperméable 

Bordeaux a longtemps cherché la bonne formule en défense avant de comprendre l’association entre Pablo et Koundé sous Poyet. Et puis ce soir, une fois encore, cette défense à trois devant Costil donne une autre dimension à une ligne imperméable. Jovanovic confirme enfin qu’il peut tutoyer le plus haut niveau comme Frédéric Dobraje nous l’avait confirmé il y a deux ans maintenant. Costil rayonne dans ses buts et prend la dimension qu’on attend de lui. Les Marines et Blancs ont trouvé leurs 4 Fantastiques.

Le renouveau De Preville

Cela fait plusieurs matchs qu’il retrouve ses jambes. Une nouvelle fois très brouillon mais à son habitude, très pugnace sur le front de l’attaque. Une nouvelle fois, il se libère face à Marseille et, ne mâchons pas nos mots, cela fait du bien que cela vienne de lui. De Preville sent bien le coup en prenant la profondeur et d’un geste de hanches, il s’ouvre le chemin du but et ajuste un plat du pied enroulé magnifique battant Mandanda, impuissant. Ne manque plus que la régularité pour ENFIN retrouver l’attaquant de Reims.

Paulo Sousa fin tacticien

Il a surpris tout le monde en plaçant Sabaly en latéral polyvalent. Il a su redonner ses lettres de noblesses à un savoir-faire girondin : une défense solide. Même Poundjé semble avoir retrouvé un peu de football. Sachant que Bordeaux ne pourrait pas garder le ballon sur l’ensemble du match, les Girondins ont su laisser la balle aux Marseillais pour mieux contre-attaquer et ce choix fut payant. La rentrée de Lottin donne du crédit au travail de l’ensemble du staff du centre de formation. Ce soir, Koundé, Lottin et Zaydou ont foulé la pelouse. La réussite est totale et Sousa semble vouloir boire tous les atouts du club jusqu’à la lie. Savourons.

Publicités

Auteur : Jean-Aurel

Fondateur Leero Sport News et juriste en herbe rêvant comme un gosse devant les passements de jambes de Roni, pense toujours qu'Edixon Perea aurait pu jouer dans un top club.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s