Manchester United – Paris Saint Germain : Un Paris bifrons

Nous nous attendions à un match de haut niveau et nous avons été servis (0-2). Dans une ambiance folle où Di Maria n’a pas été épargné par les insultes des supporteurs. Paris ramène une victoire précieuse et met un pied en quart. Véritable maîtrise ou éclair de génie ? 

ABONNEZ-VOUS à notre chaîne YOUTUBE pour suivre la Champion’s League 

Kimpembe, d’un extrême à l’autre

Il aurait pu coûter cher notre néo champion du monde. Sûr de lui, Presnel s’est permis de dribbler et de jouer les Brésiliens dans la surface de réparation parisienne à deux doigts de passer en correctionnelle. Mais la libération vient aussi de lui, Titi parisien, fier représentant de cette île de France riche en talents et tellement amoureuse de son équipe. Tel Thierry Henry face au Brésil en 2006, Kimpembe arrive lancé en l’air, le pied ouvert, prêt à crucifier De Gea qui ne sort pas et reste statique sur sa ligne. (0-1)

Mbappé tel Janus 

Une première mi-temps brouillon où Killian n’arrive pas à trouver sa place sur le terrain, maladroit dans ses placements et trop soucieux d’un exploit individuel. Têtu, il passe les 45 premières minutes à vouloir sauver son équipe d’un naufrage presque programmé tant Shaw, Martial, Young et Lindgard sont tranquilles et posés. Mais Mbappé revient en deuxième mi-temps avec la justesse qu’on lui connaît et son placement dans la course lors de son deuxième but est de toute beauté. Il montre une nouvelle fois son excellent sens du but. Il aurait pu par deux fois aggraver la marque mais De Gea a aussi préservé ses cages face à l’international français, montrant qu’il reste un gardien de grande classe.

Veratti-Silva-Buffon, la force tranquille 

Paris s’est déplacé à Old Trafford avec énormément de doutes quant à l’équipe qui allait être alignée. Force est de constater que Veratti a permis de respirer et de se détendre au milieu de terrain en première période même si l’Italien a semblé être à court de jus en deuxième. Buffon et Silva ont réussi à transmettre leur calme et savoir-faire sans s’emballer, toujours justes, les deux hommes ont gardé le temple inviolé. Les deux joueurs passés par la Série A ont littéralement écoeuré les incursions mancuniennes et c’est tant mieux car ce soir, le PSG a un pied en quart de finale. Mais comme le rappelle Ovide, Janus est capable de sérénité comme de chaos. Attention à ne pas tout détruire comme ce fut le cas il n’y pas si longtemps à Barcelone.

Publicités

Auteur : Jean-Aurel

Fondateur Leero Sport News et juriste en herbe rêvant comme un gosse devant les passements de jambes de Roni, pense toujours qu'Edixon Perea aurait pu jouer dans un top club.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s