Standard de Liège – Anderlecht : un volcan en fusion

Hier soir, le clasico belge entre le Standard de Liège et Anderlecht dans un stade Sclessin en fusion, a épousé toutes les promesses (2-1). Spectacle, jeu en une touche, vivacité et combativité. Dieu que la Ligue 1 française devrait s’inspirer de cela. Les Rouches peuvent-ils prétendre au titre ? 

Un mercato géré de main de maître

Michel Preud’homme, un temps pressenti pour entraîner les Girondins de Bordeaux avait été clair, certain joueurs seraient inamovibles durant le mois de janvier. Parmi eux, Marin, Mpoku, Ochoa, Fai et Carcela notamment. Fort de cette cohésion remarquable, Luyindama, véritable pilier en partance pour Galatasaray a assisté à la victoire de ses désormais ex-coéquipiers mais Bokadi a fait le travail en remplaçant le véloce défenseur congolais. Côté arrivées, Alen Halilovic est le bon coup des Rouches. Pisté par Bordeaux, Anderlecht et quelque clubs espagnols dont le Betis, l’espoir croate s’est finalement engagé contre toute attente avec le Standard sûrement pour compenser le futur départ, cet été, de Marin, meilleur joueur roumain et peut être futur soulier d’or belge tant son activité est impressionnante et son but d’une grande adresse. Michel Preud’homme aux commandes, c’est l’assurance de résultats, même sur une courte période certes, mais ce matin, il doit faire bon être supporteur liégeois.

Un rythme fou 

Dès les premières minutes, le match s’est enflammé par delà un jeu rapide en une touche de balle sciemment orchestré par les Carcela, Marin, Mpoku. Quel plaisir de voir ce jeu léché avec une défense attentive aux incursions fougueuses des Kums et plus tard, Bolasie, nouvel arrivant de taille côté Mauves. Du début à la fin, les Rouches ont joué à l’image d’un certain club catalan, sous un rythme effréné faisant coulisser le ballon très rapidement vers l’attaque avec des relances précises et efficaces. Face à eux, les Mauves n’ont rien lâché jouant en contre avec la vitesse de Kums et le bon placement de Santini, muselé hier par les centraux rouges. Du grand art. Si ce fut un match de championnat, il devait y avoir un gagnant et un perdant hier. C’est le fabuleux Mpoku qui sur une action offensive très violente fracassa les reins d’un Mbodji, trop souvent imprécis et inconstant hier, avant de crucifier Didillon pour le 2-1 à une minute du coup de sifflet. Ali-Foreman. Un vainqueur audacieux face à un perdant magnifique.

Les Rouches à l’assaut du titre

Il ne reste que le championnat pour le Standard passé à deux points du tableau final d’Europa Ligue. Même largement devancés par Genk en championnat (11 points), rien ne semble impossible à ces Rouches là qui de plus, vont sûrement bénéficier du très difficile calendrier de Genk qui affrontera consécutivement le Standard, Slavia, FC Bruges, Antwerp et Charleroi en moins de un mois, juste assez pour laisser les plumes nécessaires aux hommes de Preud’homme pour s’accrocher au classement, à condition de faire le travail. « Douce est la terre qui parait aux yeux des naufragés » rappelait Homère. Ce sentiment de renaissance était palpable à Sclessin hier. Ce matin, le Standard de Liège est redevenu un candidat crédible au titre.

Publicités

Auteur : Jean-Aurel

Fondateur Leero Sport News et juriste en herbe rêvant comme un gosse devant les passements de jambes de Roni, pense toujours qu'Edixon Perea aurait pu jouer dans un top club.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s