Angers – Bordeaux : Savoir s’en contenter

Au travers d’un match parfois excellent, souvent brouillon, les Girondins de Bordeaux ont su ramener trois points précieux de Angers (1-2) dans les ultimes instants. Placebo ou réel changement ? 

ABONNEZ-VOUS à notre chaîne Youtube pour + d’exclus mercato et de matchs en direct (cliquez sur le texte)

Un coaching douteux 

Si la composition de l’équipe ne fait guère débat en défense centrale, c’est au milieu de terrain et en attaque qu’elle pose question. Un Nicolas de Préville au départ à gauche et puis remis dans l’axe. Jimmy Briand d’abord en numéro 10 puis devenu ailier gauche puis ailier droit en permutation avec Kalu … Quelle débandade ! Que se passe-t-il dans la tête de Ricardo et son staff ? Les incertitudes semblent nombreuses tandis que l’équipe démarre la deuxième partie de saison. Pour un club professionnel qui veut jouer les premiers rôles en France et en Europe, cela fait tâche.

« On peut s’améliorer sur la deuxième partie de saison » Palencia

Kalu sur l’eau

Il l’est l’une des rares satisfactions de la soirée. Sûrement soulagé du (probable) départ de François Kamano, Samuel Kalu a fait une partie complète hier. Habile, il aurait pu doubler la mise sur une frappe de volée à l’entrée de la surface déviée par Butelle. Il semble trouver ses marques et ne râle plus sur le terrain. Il a largement soulagé les imperfections de Lerager et a su combiner avec ses latéraux Palencia puis Poundjé. Auréolé d’un but mérité, le Nigérian a su montrer de quoi il était capable avec des dribbles chaloupés de toute beauté et surtout efficaces.

Karamoh, le sauveur. 

Le joueur prêté par l’Inter sait qu’il a aussi une place à jouer sur cette deuxième partie de saison. Il a su remplacer le fantomatique De Preville avec des passes souvent adroites, tentant de jouer vers l’avant plutôt que de revenir en arrière. Sa chevauchée amenant le dernier but dans les arrêts de jeu montre qu’il a faim alors que l’équipe subissait. On peut parler de hold up tant les Angevins à l’image de Tait et Pavlovic ont su se montrer combattifs et dangereux dans les largesses du milieu bordelais.

L’arbre qui cache la forêt

Les questions sont nombreuses dans les coulisses du club. Bien sûr que cette victoire fait du bien, mais le SCO méritait mieux, c’est indéniable. Joe DaGrosa arrive cette semaine pour prendre des décisions importantes en interne. Il serait temps car l’institution est en péril et Ricardo semble être seul au milieu de ce marasme, seul, vissé sur son banc avec ses doutes. Le mercato est presque épuisé de moitié et les Girondins ne semblent pas bouger sur des dossiers plutôt importants comme le directeur sportif, personnage incontournable de l’organigramme. « Gouverner, c’est prévoir » rappelait Girardin, fils de général d’Empire. A contrario, en région bordelaise, le « chacun pour soi, Dieu pour tous » est de rigueur.

Publicités

Auteur : Jean-Aurel

Fondateur Leero Sport News et juriste en herbe rêvant comme un gosse devant les passements de jambes de Roni, pense toujours qu'Edixon Perea aurait pu jouer dans un top club.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s