Une « French » CAN 2019

A l’aube de la CAN 2019 qui se jouera au Cameroun verra une brochettes d’entraîneurs français diriger. Pour certains, de parfaits inconnus aujourd’hui dans la lumière de leur travail. Bravo à eux. Histoire d’une réussite française. 

1412110-30238911-2560-1440

Ils s’appellent Sébastien, Nicolas, Corentin et Hervé. Durant l’été prochain, ils vont vivre un rêve incroyable pour eux, il y a encore quelque temps, vivre une grande compétition internationale. 

Bien entendu, la France a déjà vu et adoré Hervé Renard s’agiter sur les bancs de Sochaux et Lille mais sa trajectoire et ses faits d’armes ont réellement forgé le bonhomme en Afrique, alors inconnu du grand public, ayant donné une Coupe d’Afrique à la Zambie en 2012 face à la grande Côte d’Ivoire de Didier Drogba.

Cependant, aujourd’hui, le décors est similaire avec les Sébastien Desabre, Sébastien Migné (pas encore qualifié avec le Kenya mais en tête de la poule F), Nicolas Dupuy et Corentin Martins qu’on connaît bien en Gironde. Tous ces entraîneurs sont pour la plupart, comme Hervé Renard à son époque, inconnus du grand public et pourtant, leur travail est remarquable au vu des idées de jeu, de gestion tandis que les moyens manquent cruellement et les situations politiques parfois instables. Des magiciens du bonheur pour des peuples entiers où le football est souvent la seule récréation d’un quotidien loin de nos conforts européens.

barea-qualification-can-2019-10

Il est coutumier d’entendre ou de lire (moi le premier) que les entraîneurs français s’exportent mal, que le jeu stéréotypé à la Deschamps ne fait pas rêver et pourtant, le football africain porte en héros les noms que je viens de citer plus haut. Finalement, le foot français ne va si mal que ça, merci pour lui.

Comment expliquer alors que ces entraîneurs n’aient pas trouvé un banc dans nos championnats pourtant en mal de beau jeu et d’envie ? Plusieurs raisons diverses et variées; le copinage, le réseautage sûrement mais au demeurant, il reste difficile d’endiguer le talent visiblement. Et si Hervé Renard, brillant fer de lance de notre football sur ce continent mystique n’avait pas tout résumé en rappelant que « la France est un pays fabuleux, en terme d’histoire, de géographie, de monuments historiques, mais les Français… c’est dommage qu’il y en ait beaucoup en France » ? 

Publicités

Auteur : Jean-Aurel

Fondateur Leero Sport News et juriste en herbe rêvant comme un gosse devant les passements de jambes de Roni, pense toujours qu'Edixon Perea aurait pu jouer dans un top club.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s