Hollande, tu nous manques

Nous l’avons vu cette semaine, Pieter den Boer que nous avons eu la chance d’interviewer (cliquer sur le texte) est l’un des formidables représentants de cette école hollandaise qui a fait les beaux jours des plus grands clubs européens mais aussi des Girondins des Bordeaux. Seulement, depuis quelque temps, cet apport est moindre.

cU98bYd

«La qualité sans les résultats ne sert à rien. Mais les résultats sans la qualité, c’est ennuyeux.» affirmait le grand Johan Cruyff, pilier emblématique de la Hollande des années 70 mais aussi du foot moderne tel que nous le connaissons aujourd’hui dans la plupart des ligues européennes. Mais depuis quelques années, ces principes de jeu se sont internationalisés, ont été modifiés et les conséquences s’impactent directement sur l’équipe nationale Hollandaise ainsi que sur le niveau de ses clubs sur le continent européen qui ont subi l’émergence aussi, du foot business. Hollande, tu nous manques.

Qu’ils sont loin les Witschge, Musampa et même le Danois, Jesper Olsen passé par la formidable école de l’Ajax. Ces techniciens, souvent justes et brillants. Portés vers l’avant, avec cette extranéité qui faisait rêver à une époque où les matchs européens n’étaient diffusés que durant la Coupe d’Europe.

A la veille de ce match opposant les Pays-Bas à l’équipe de France de football, force est de constater que nous allons observer un match entre une nation en mal de renouveau comme nous l’ont confié Edwin Petersen et Sander Westerveld mais tel un phoenix, jamais avare de miracles et d’espoir à l’image du jeune De Jong, le milieu de terrain de l’Ajax Amsterdam. Face à elle, l’équipe de France, un rouleau compresseur qui donne bien du grain à moudre aux journalistes et autres consultants reconnus.

Mais ce soir, penchons plutôt sur les frissons que nous ont procuré ces Oranje durant les Coupe du monde 1998 et 2010. Durant les Euro 1988, 1992, 2000 et 2004…toujours au niveau avec ce jeu léché, ces techniciens hors pair. Ces talents ont-ils disparu ?

Il serait aisé de faire un parallèle avec Bordeaux où les Hollandais ont déserté l’équipe depuis de nombreuses années maintenant mais n’y-a-t-il vraiment rien à tirer de ce potentiel toujours surprenant des clubs comme les PSV, Ajax, Arnhem, Twente et autres ?

Certains bloggueurs se font une joie de retranscrire les pépites de demain, et si les Girondins se penchaient enfin sur le recrutement d’un nouveau Witschge, eux qui sont en mal de création d’un part, et dans le refus absolu de faire jouer Vada, d’autre part.

Donny van de Beek par exemple, qui dans la plus pure tradition hollandaise est capable en un geste de faire la différence, loin des gestes techniques ostentatoires de futsal. La simplicité comme le préconisait Johan Cruyff.

Excellent match à tous et bientôt le mercato pour Joe Da Grosa…

Publicités

Auteur : Jean-Aurel

Fondateur Leero Sport News et juriste en herbe rêvant comme un gosse devant les passements de jambes de Roni, pense toujours qu'Edixon Perea aurait pu jouer dans un top club.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s